Rendez-vous en 2020 !

Chères lectrices, chers lecteurs,

Le Globeur va prendre quelques congés bien méritées pour les vacances d’hiver. Derrière Le Globeur, ce sont des étudiantes et étudiants, principalement en échange. Ces vacances hivernales sont pour eux l’occasion de beaux voyages, desquels ils ou elles ramèneront de superbes reportages pour la rentrée. Ce sont également des étudiantes et étudiants en France, dont les révisions de partiels viendront troubler la tranquillité de leurs vacances. Alors, on s’est dit qu’on pouvait faire une petite pause, pour revenir en forme et plus réguliers en janvier ! Car qui dit absence de publications ne dit pas absence de travail, loin de là. Derrière déjà, nous nous activons pour préparer la rentrée.

Une fin d’année, c’est d’abord un bilan.

L’actualité internationale s’est beaucoup jouée sur le continent latino-américain dans les mois derniers, avec une succession de crises, politiques, sociales et économiques. On a ainsi suivi les élections présidentielles en Argentine et les grèves étudiantes en Colombie, retracé la vie de Marielle Franco au Brésil et écouté l’écho du chant des féministes chiliennes.

Pour autant, on vous a aussi emmené au Burkina Faso parler démocratie et terrorisme et en Autriche avec sa nouvelle loi anti-tabac. On a visité l’Egypte pour la fête Al-Mawlid, et l’ Italie où sardines et Salvini ne font pas bon ménage. Enfin, nous avons découvert les nouveaux “criminels verts” en Australie tandis que, en Russie, l’affaire Golounov fait du bruit.

Tous les lundis, vous avez pu découvrir les chroniques de la rédaction, sur la Nouvelle armée populaire aux Philippines, sur la nouvelle loi anti-trans en Inde, sur le bouillonnement populaire au Moyen-Orient ou encore sur la guerre au Yémen.

Ce semestre fut aussi celui de la longue préparation du premier podcast du Globeur, L’Echo du Monde. Pour le premier épisode, nous sommes revenus sur les crises qui secouent le continent sud-américain, de Caracas à Santiago. Et si vous profitiez de vos vacances pour nous laisser vous emporter une heure durant en Amérique Latine ?

Un changement de décennie dans une époque troublée

Pendant ces vacances, c’est un changement de décennie qui va se jouer. Il prend place alors que le monde semble traverser un enchevêtrement de crises complexes et profondes. La crise climatique est dans toutes les bouches, sur tous les continents. Les crises politiques et sociales se propagent alors que la menace d’une récession économique mondiale se profile. Les conflits militaires s’enlisent au Moyen-Orient, et on entend désormais à peine dans les médias les victimes au Yémen dont le nombre ne cesse d’augmenter.

Pour toutes ces raisons, nous sommes toutes et tous fiers et heureux de participer au Globeur, avec l’idée sûrement un peu idéaliste de porter les voix du monde jusqu’à vos oreilles. Nous défendons l’idée qu’il est possible de traiter de l’actualité international avec un point de vue local. Le journalisme est un beau métier, qu’il convient de défendre. Osons le faire avec ambition, quand bien même à la hauteur de nos moyens. Osons affirmer que les journalistes sont nécessaires en tous lieux, pour raconter le monde, tracer des trajectoires individuelles afin de dessiner des directions collectives.

Journaliste demain, encore possible ?

Selon le dernier rapport RSF, en 2019, il y a eu plus de journalistes morts dans des pays en paix que dans des zones de conflit. Cela dit beaucoup de l’époque. Car si Le Globeur parle d’ailleurs, nous gardons toutes et tous les yeux rivés sur la France, inquiets des dérives à l’encontre des droits des journalistes. Nous aspirons pour beaucoup d’entre nous ici à devenir journaliste professionnel, et il nous faudra défendre des droits que l’on croyait acquis. Nous n’y arriverons pas sans vous.

C’est pourquoi nous sommes heureuses et heureux, fiers même, de compter chacun de vous parmi nos lecteurs et lectrices. Soyez exigeants à chaque instant envers les journalistes, sans oublier qu’il n’y a pas de démocratie sans journalisme libre et indépendant. Nous faisons ici de notre mieux, avec nos moyens, mais surtout avec une envie débordante de vous faire voyager autour du globe.

Nous reviendrons donc dès le lundi 6 janvier 2020, toujours aussi motivés pour une nouvelle année de reportages, d’analyses, de chroniques et de podcasts. Il se pourrait même qu’il y ait de nouveaux formats qui fassent leur apparition. Jusque là, toute l’équipe vous souhaite de belles fêtes de fin d’année.

L'équipe
at Donec leo. ipsum elit. venenatis