Liban : Pour l’histoire de quelques livres

Sur les écrans, l’horreur

De tout un pays meurtri

De n’avoir pu anticiper l’erreur

De quelques abêtis

Peut-on les appeler ainsi ?

Ces hommes de pacotille

Qui vendraient tous leurs amis

Contre un gros sac de billes

Ils ont pété un boulard

Nous pûmes les considérer

Comme l’ombre des barbares

Ou des calamités

Bien qu’aucune mèche

Ne fut sciemment brûlée

Ils ont ouvert la brèche

Par omission fourvoyée

Nous nous rappellerons du port

Jadis historique

Et le souffle du matador

Apocalyptique

J’accuse toutes les autorités

De jouer avec des vies

Pour l’histoire de quelques livres

Volés aux gens d’ici

Rappelez-vous

Mardi 4 août 2020. Alors que le Liban lutte tant bien que mal contre la crise économique et les répercussions de la pandémie de Covid 19, deux explosions se succèdent dans le port de Beyrouth. La seconde explosion, imputée au stock de 2500 tonnes de Nitrate d’ammonium dans un des hangars du port, provoque des dégâts humains et matériels considérables à travers la ville. Le bilan humain s’élève à 214 morts et plus de 6500 blessés. Aussi, des quartiers entiers ont été rayés de la carte.

1 semaine après l’explosion, le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab démissionne. Et plusieurs manifestations éclatent à travers tout le pays, notamment contre la classe politique libanaise accusée de corruption et de négligence face à ce drame.

Depuis Juillet 2020, la livre libanaise a perdu 60% de sa valeur et l’inflation engendrée par la crise économique a fait exploser le prix du pétrole. Bien que 45% de la population vive sous le seuil de pauvreté, il faut désormais payer l’équivalent de 8 euros pour un litre d’essence.

1 an après les explosions, la situation économique du pays est toujours plus catastrophique.

Pour aller plus loin

Livre : “Beyrouth 2020, journal d’un effondrement”, Charif MADALANI, Actes Sud, Arles 2020, 160 pages, 16,80 eur

Article : “Liban : l’article à lire pour comprendre la crise économique et humanitaire, un an après…”, France info

Jonas Peyrieux

Ancien salarié de l'hôtellerie, j'ai décidé de reprendre les études dans le cadre d'une licence en Droit et Philosophie, puis d'un Master à Sciences Po Lyon. Avec le Globeur, j'aimerais rédiger des articles pour mettre en lumière les innovations autour du développement durable à Madagascar.

Voir tous les articles
Send this to a friend