Le pádel, ce sport qui a détrôné le tennis en Espagne

Presque inconnu en France, le pádel, sport de raquette inspiré du tennis, est le deuxième sport le plus pratiqué en Espagne, derrière le football. En plein essor depuis 10 ans, son développement s’est accéléré depuis le début de la pandémie.

Fin d’après-midi à Málaga, tout au sud de l’Andalousie. Sur les courts du club Pádel Picasso, les balles sifflent, les filets frémissent et les tournois s’enchaînent. Pourtant, ici, pas de tennis mais du pádel. Ce sport de raquette dérivé du tennis voit son nombre d’aficionados grimper à toute allure en Espagne.

“Il y a autant de terrains de pádel que d’habitants à Málaga”, plaisante Matias Nahuel Cuttela, professeur à Pádel Picasso. Peu exercé dans l’Hexagone, ce sport apparaît comme une spécificité sportive du pays ibérique. Franck Binisti, rédacteur en chef adjoint de Padel Magazine, confirme que la pratique du pádel “entre la France et l’Espagne n’a rien à voir”

2 millions de pratiquants

En 2019, ce sont 75 818 licences de pádel qui ont recensées dans le pays par le Conseil Supérieur des Sports, chargé de la mise en place de la politique sportive du gouvernement espagnol. Loin devant les 71 091 licences de tennis. Pour la première fois, le pádel a dépassé le sport roi de la raquette. “Chaque année la pratique du tennis baisse et celle du pádel augmente”, relève Luis Timonet, gérant de Pádel Picasso. Lui-même est passé du tennis au pádel, il y a de cela 15 ans. 

En Espagne, le pádel représente la dixième fédération sportive la plus importante du pays, devant la natation ou le cyclisme. Son nombre de clubs atteint les 1258, soit 137 de plus que le tennis. Pour le journal en ligne El Mundo Deportivo, “le pádel n’est peut-être surpassé que par un seul sport si l’on parle de pratiquants, le football”. Celui-ci estimait en 2019 à 2 millions le nombre d’Espagnols pratiquants régulièrement ce sport. La Fédération Française de Tennis évalue, quant à elle, à 70 000 le nombre de joueurs de pádel réguliers dans l’Hexagone. 

“Du tennis à l’intérieur d’une cage”

Créé il y a quatre ans, le club Pádel Picasso connaît cette effervescence année après année. Ici, pour pouvoir louer une pista, il faut attendre près de 3 semaines afin qu’un terrain se libère. En mars dernier, le quotidien El Pais avait fait part entre ses pages de l’essor de ce sport lors de la dernière décennie. Entre 2009 et 2019, les inscriptions dans des clubs de pádel ont augmenté de 283% en Espagne. Lancé il y a 10 ans, Padel Nuestro, premier groupe de distribution de produits dédiés au pádel en Espagne et en Europe, connaît en effet une croissance annuelle. “Depuis 10 ans, nous n’avons eu aucune baisse de ventes”, explique Javier, au département international de l’entreprise. Il poursuit : “‘le motif est qu’il s’agit d’un sport en développement, qui est de plus en plus connu”.

Gérant du club Pádel Picasso à Málaga, Luis Timonet a troqué le tennis pour le pádel il y a 15 ans. Crédits : Lola Uguen

Luis Timonet évoque, lui, trois raisons principales autour de cet engouement. “C’est un sport physiquement plus facile, la raquette est plus simple à manier et on peut y jouer de ses six ans jusqu’à la retraite, c’est très accessible […]. C’est aussi un sport complet et il n’y a pas autant de blessures qu’au tennis”, éclaire-t-il.

A la croisée du tennis et du squash, le pádel se caractérise par un terrain de jeu plus petit, entouré d’un mur, et par une raquette plus large, pleine mais criblée de trous. “C’est du tennis à l’intérieur d’une cage” résume le responsable de Pádel Picasso, rieur. “Ça permet un jeu différent en utilisant le mur pour faire des rebonds par exemple”. Son collègue, Matias Nahuel Cuttela, met en avant le côté interactif du pádel : “Il y a cette idée d’y jouer avec ses amis puis de sortir après, d’aller boire une bière”.

Un sport moins élitiste

Le nouveau sport de raquette se revendique également moins élitiste que le tennis. A Pádel Picasso, un abonnement pour un mois, avec 4 heures d’entraînement par semaine, revient à 25 euros. “C’est un sport qui se joue beaucoup en double donc on peut partager les frais”, ajoute Luis Timonet. Le gérant pointe néanmoins du doigt l’augmentation des prix du matériel dédié au pádel : “les raquettes peuvent aller de 30 à 350 euros aujourd’hui”. Padel Nuestro soutient le contraire : “Il y a de plus en plus de marques aujourd’hui et elles essaient de maintenir ou de baisser les prix pour rester attractives”

Si le pádel est bien installé dans le pays ibérique depuis une dizaine d’années, la crise sanitaire a constitué un nouveau tournant dans la pratique de ce sport en Espagne. Javier, à Padel Nuestro, souligne que l’entreprise connaît une “demande maximale […]. Les années 2020 et 2021 ont dépassé toutes les ventes espérées”.

En raison de la pandémie, peu de sports ont pu être pratiqués en Espagne au cours de l’année écoulée. A contrario, le pádel a été considéré par les autorités locales comme un sport sans risques. “C’est un sport à l’air libre et ce n’est pas un sport de contact”, précise Luis Timonet. Malgré les couvre-feu successifs, son club a ainsi pu rester ouvert, parfois jusqu’à 22 heures. 

L’Espagne, numéro 1 dans la compétition internationale

Le boom du pádel dans le pays se reflète à présent sur la scène internationale. A chaque compétition organisée par le World Padel Tour, le match final voit s’affronter l’Argentine et l’Espagne. “L’Argentine et l’Espagne sont vraiment les deux pays qui ont porté ce sport ces dernières décennies”, insiste Franck Binisti. 

La prépondérance de la nation espagnole dans la compétition internationale peut s’expliquer par l’histoire de ce sport, inventé en 1869 par le mexicain Enrique Corcuera. C’est dans sa propriété d’Acapulco que l’homme d’affaires décide d’ériger malgré le manque de place un petit cours de tennis puis de l’entourer de murs, las de voir les balles se perdre dans la nature. Le pádel est né. C’est ensuite son ami, le prince Alfonso de Hohenlohe-Langenburg, séduit par ce nouveau sport, qui l’emportera avec lui en Espagne, construisant les premiers courts de pádel à Marbella. 

Aujourd’hui, les trois premières places du classement mondial masculin sont occupées par les Espagnols. Côté féminin, les Espagnoles dominent également le palmarès, et ce jusqu’à la douzième place. Pourtant, de plus en plus de pays rejoignent la compétition. “C’est un sport du XXI siècle, il y a une vraie explosion dans plusieurs pays comme l’Italie ou la Suède”, souligne le rédacteur en chef de Padel Magazine. En France, le pádel a intégré la Fédération Française de Tennis en 2014. Passé d’une poignée de jeunes entrepreneurs à une équipe de plus d’une centaine de personnes en 10 ans, Padel Nuestro a lui aussi saisi l’enjeu du développement du pádel. Après avoir ciblé l’Europe puis l’Amérique Latine, le groupe vise aujourd’hui le Qatar, les Emirats Arabes Unies et surtout, Dubaï. 

Lola Uguen

Amoureuse des mots et du reportage journalistique, je quitte la pointe bretonne pour le sud de l'Espagne, à Malaga, dans le cadre de mes études à Sciences Po Saint-Germain. A la rencontre des Andalou.se.s, je souhaite explorer la région, son actualité et ses enjeux.

Voir tous les articles
Send this to a friend