L’Amazonie, poumon vert menacé

Avant que l’Homme ne commence ses activités commerciales et culturelles, les forêts recouvrait environ 60% de la surface terrestre. Aujourd’hui elles ne représentent plus que 30% de sa superficie. Les deux plus importantes sont Taïga, forêt boréale de l’hémisphère nord et l’Amazonie, forêt tropicale d’Amérique du Sud.

L’Amazonie s’étend sur près de 6,7 millions de km2. Région la plus humide de la Terre, elle est constituée en majorité de forêt tropicale et est considérée comme un des poumons du monde. La forêt amazonienne s’étend entre le Venezuela, le Brésil, l’Equateur, le Pérou, la Colombie, la Guyane française, la Bolivie et le Surinam. Cet immense espace vert est une véritable terre d’histoire et de diversité. Avec sa forêt et son fleuve de plus de 6900 km, elle dispose d’une biodiversité unique qui abrite près de 50 à 70% de la biodiversité mondiale. Incroyable non ? Elle compte par exemple près de 2,5 millions d’espèces d’insectes, 40 000 espèces de plantes, 2500 sortes de poissons, 1294 oiseaux, 427 mammifères, 427 amphibiens et 378 reptiles. Selon certaines études, un km2 pourrait contenir plus de 150 000 espèces de plantes et 75 000 types d’arbres.

Une richesse impressionnante, donc, qui mérite notre attention. En effet cette dernière est malheureusement en danger, et il y a de quoi s’en inquiéter.

Chaque année, 2,3% de la forêt disparaissent en raison des actions humaines qui s’y produisent à travers la déforestation. Pour certains spécialistes, si le défrichage continue à ce rythme, l’Amazonie pourrait disparaître dans quelques dizaines d’années. Cette exploitation acharnée au long terme pourrait donc sérieusement perturber l’équilibre de la planète et celui de l’existence humaine. Et pour preuve…

En Colombie, l’Amazonie représente 41% du territoire et est la zone la moins peuplée du pays ; d’ailleurs, elle n’est accessible que par voies maritimes et aériennes. Certains peuples y vivent depuis des milliers d’années, les peuples indigènes représentent la moitié des habitants du département d’Amazonie.  La Colombie compte plus de 100 ethnies indigènes et plus de 710 réserves indigènes dont la plupart se trouvent en Amazonie. Les 3 principaux groupes indigènes du département de l’Amazonie sont les Ticunas, les Cocamas et les Yaguas. La plupart sont divisés en clans et vivent de la pêche.

La superficie de l’Amazonie Colombienne était auparavant de 483 119 km². Mais avec l’accroissement de la déforestation le pays a perdu 2220 km2 soit l’équivalent de la superficie du Luxembourg en forêts. De ce fait, de nombreuses communautés indigènes ont dû partir ou pire, disparaître. Des pertes tragiques pour un pays dont la richesse se nourrit de ses différences et de sa diversité culturelle.

En 2018, la justice colombienne a pris une décision exemplaire. En janvier, 25 jeunes ont engagé des poursuites contre l’Etat avec l’aide de l’ONG Dejusticia. Leur revendication ? Ils reprochaient au gouvernement colombien de “ne pas garantir leurs droits fondamentaux à la vie et à l’environnement” à travers les campagnes de déforestation en Amazonie. Après avoir plaidé et argumenté pendant plusieurs mois, ils ont obtenu gain de cause auprès de la Cour suprême. Le 5 avril 2018, elle a créé une jurisprudence en reconnaissant deux sujets de droit inédits : les écosystèmes de l’Amazonie et les générations futures. Cette décision historique oblige le gouvernement à élaborer un “plan intergénérationnel en faveur de la vie de l’Amazonie colombienne” en quatre mois.

Le Globeur s’est alors rendu sur le terrain pour comprendre de plus près l’importance de cet espace et pour vous offrir un aperçu de la diversité et de la beauté amazonienne. C’est au cœur de l’immensité verte, aux confins des frontières brésiliennes et péruviennes à Leticia, capitale du département d’Amazonie de Colombie que nous sommes allés recueillir ce témoignage photographique. Au travers de cette incroyable et magnifique biodiversité, nous avons par exemple eu la chance d’observer une espèce rare et fameuse d’Amazonie comme le dauphin rose. De l’ordre des odontocètes mesurant près de 2,80m pour un poids allant jusqu’à 150kg le Dauphin rose est un animal d’eau douce.

Camille Bouju

Vice-présidente. Colombienne de cœur. Future reporter ?

Voir tous les articles
venenatis, elit. ante. leo. Sed fringilla sit
Send this to a friend