L’Echo du Monde – S2E1 : La liberté de la presse en crise

Crédits musicaux : Louis-Henri Weingarten

La liberté de la presse va mal. Ce sont les conclusions du rapport 2020 qu’a publié Reporters Sans Frontière sur l’état de la presse dans le monde. Partout, les journalistes subissent des pressions, quand ils et elles ne sont pas emprisonnés ou assassinés. Partout, la presse est muselée, et la liberté de la presse menacée. Pour le retour de l’Echo du Monde, on fait le point sur la presse mondiale avec le président de RSF, Pierre Haski.

Aujourd’hui, c’est une petite musique qui fait écho jusqu’à nous. Une musique qui monte, lentement, sûrement depuis quelques mois en Europe, et dans le monde occidental. Cette musique hurle Fake News en face des journalistes, jettent des micros par terre quand ce n’est pas directement les journalistes qui sont frappés. On fait des lois pour lutter contre les fake-news qui viennent un peu plus comprimer le droit des journalistes à nous informer, on étend le secret des affaires ou encore, tout récemment en France avec le schéma national du maintien de l’ordre, on indique clairement que tout journaliste qui refuse de se disperser après les sommations policières pourra être interpellé comme n’importe quel autre manifestant, alors qu’il fait son travail.

Et tout ceci n’est encore que la partie soft des nombreuses exactions commises contre les journalistes. Depuis le début de l’année 2020, 25 d’entre eux sont morts, et plus de 200 sont toujours emprisonnés dans le monde. La Chine et la Turquie font la course à qui emprisonnera le plus de journalistes quand le pouvoir algérien envoie sous les verrous Khaled Drareni, et fait de lui un symbole pour que les autres se tiennent à carreau. Partout, dans les dictatures et les démocraties, dans les régimes autoritaires et ceux plus libéraux, l’étau se resserre autour de la presse libre, pourtant pilier essentiel d’une démocratie vivante.

Alors aujourd’hui, l’Echo du Monde voulait prendre le temps de faire un point sur l’état de la liberté de la presse en 2020, autour du globe. D’autant que comme le souligne Reporters Sans Frontières, la pandémie de covid-19 a contribué à resserrer un peu plus les chaînes qui entravent l’exercice du métier de journaliste. Reporters Sans Frontières, c’est une ONG qui se bat depuis 1985 pour que la liberté de la presse progresse, et que se réduise le terrible bilan annuel des journalistes assassinés parce que journalistes. L’ONG publie chaque année un classement mondial de la liberté de la presse, qui classe les pays et départage bons et mauvais élèves. Elle a constaté une détérioration globale de la liberté de la presse dans le monde, et l’augmentation du nombre de pays situés dans la zone noire du classement. Pour en parler, nous recevons le président du Conseil d’Administration de Reporters Sans Frontières, Pierre Haski. Longtemps correspondant pour Libération en Chine ou à Jérusalem, le journaliste est désormais le spécialiste international de la matinale de France Inter.  

L’Echo du Monde, saison 2, épisode 1, c’est parti !

Et très prochainement, sur Le Globeur, vous pourrez découvrir un nouveau format audio : Terminal V. Un podcast en forme de séries de cinq courts épisodes sur un seul thème mais avec un zoom spécifique sur cinq pays. Pour prolonger notre thématique du jour, la première série de Terminal V vous présentera des journalistes qui exercent leur métier soit sous des régimes autoritaires, soit sous des démocraties dirigées par des populistes. Des États-Unis à la Chine, comment pratique-t-on le journalisme ? Réponse dans Terminal V, très prochainement.

Théo Uhart

Étudiant à temps partiel. Le reste du temps, un peu journaliste, un peu rêveur, un peu voyageur. Manie les tableaux Excel pour faire des infographies, les mots pour faire des articles et le son pour donner vie à des podcasts.

Voir tous les articles
ultricies at sem, quis, id, porta. et, dolor.
Send this to a friend